Ville Sport et intégration

Les villes disposent du sport comme outil d’éducation et d’émancipation, porteur de fraternité. Mais aujourd’hui, on constate qu’il est marqué par des dérives racistes, discriminatoires. Ces dérives sont d’autant plus graves que le sport a un pouvoir d’inspirer le public, la jeunesse surtout. De plus, les réseaux sociaux donnent aujourd’hui l’opportunité d’influencer les fans, et au-delà la société tout entière.

Le sport a donc un rôle crucial à jouer pour améliorer la vie des citoyens. Il crée des passerelles au travers des communautés fournissant ainsi un terrain fertile pour semer dans l’esprit de tous, le pire mais aussi les germes du développement, de la paix. Aussi, la ville, ses clubs, les joueurs ou les supporters eux-mêmes, doivent s’unir pour lutter contre les actes racistes en rappelant sans cesse que le sport reste une démarche collective.

Les sportifs, premiers concernés par les violences, s’engagent dans la lutte contre les discriminations. C’est donc, tout d’abord, au niveau local qu’il faut utiliser davantage le potentiel du sport (solidarité, tolérance, fair-play…) pour prévenir le racisme et la xénophobie. Les bonnes pratiques dans le sport sont de bonnes pratiques pour la paix civile.

Le monde du sport doit donc toujours s’engager dans la lutte contre les discriminations car il est un pilier de l’éducation et de la formation des jeunes. Enseigner le respect de l’autre, quelle que soit sa couleur de peau, doit être porté avec la même attention et la même passion que l’apprentissage du geste technique.

LA PHOTO SYMBOLIQUE DES JOUEURS DE LIVERPOOL CONTRE LE RACISME

Recommended Posts