Le Sport ses valeurs en ville est le premier média

collaboratif dédié au sport francophone. 

 Un média collaboratif

Ce nouveau média est exclusivement consacré aux villes qui veulent faire du sport, un facteur essentiel pour leur développement, leur cohésion sociale et leur image dans le monde. 

 Édito Anne Hidalgo
Maire de Paris

En 1854, dans « Le Sport à Paris », premier ouvrage en France décrivant les activités sportives, Eugène Chapus écrivait : « À ce point de vue le sport parisien aussi a son dédale, et il faut à l’homme de vie élégante qui débute, ou à l’étranger qui arrive, un fil conducteur pour qu’il puisse se diriger avec certitude et se retrouver au milieu de ces voies multiples ; il lui faut un livre dans lequel se trouvent réunis tous les éléments dont le sport se compose ».

C’est l’objet de ce plan « Paris + sportive » : offrir à Paris un document de référence permettant de fournir un fil conducteur aux politiques publiques invitant les Parisiens à une plus grande pratique sportive.

Depuis Chapus, le sport dans la capitale est passé de distraction aristocratique à loisir populaire et n’a jamais cessé d’être pour les Parisiens une occasion de mettre à l’épreuve leurs aptitudes physiques ou de se réunir et célébrer.

Avant tout source de plaisir, d’épanouissement et de dépassement personnel, le sport a trouvé dans la société un rôle crucial à la fois éducatif, sanitaire et social. Il est devenu pour nos sociétés un pilier de vie collective et pour les individus un besoin d’émancipation et de prévention. Pour les Parisiens, il est devenu un droit dont ils ne jouiront pleinement qu’à condition d’apporter les réponses aux principaux défis que le Sport à Paris se doit de relever.

Le premier d’entre eux, comme pour beaucoup d’autres politiques publiques municipales, est le défi de la densité et de l’absence de place.

Alors que le sport demande de l’espace, et idéalement de la verdure, Paris doit trouver des réponses modernes pour produire des m² et de l’offre sportive supplémentaire pour répondre tant au sous-équipement historique qu’au nombre croissant de pratiquants.

Le second défi est sans aucun doute celui de l’organisation de la production de l’offre sportive.

À l’heure où des pans entiers de la société sont « uberisés » par des nouveaux modèles économiques, des nouveaux usages et par la technologie, nous devons préserver le modèle associatif, amateur et fédéral de la pratique sportive. Non par tradition ou par conservatisme, mais car il est le seul à faire du sport un vecteur d’engagement citoyen, d’éducation populaire, qui garantisse son universalité autant que son intégrité.

Le troisième enjeu est évidemment celui de mettre tout en œuvre pour qu’un maximum de Parisiens pratiquent une activité physique et sportive.

Il conviendra de traduire ces enjeux dans une stratégie de moyens qu’illustrera la politique de subventions et d’attributions des 3,08 Millions d’heures de créneaux dans nos équipements sportifs, et qui saura se décliner dans les arrondissements.

La modification de la pratique sportive a conduit les pratiquants en dehors des stades, des gymnases et des piscines. Désormais, ils courent dans la rue, nagent dans le bassin de la Villette et font du skate place de la République.

Ils nous rappellent en cela qu’une politique sportive est bien plus qu’une politique de gestion des équipements sportifs ou de subventionnement des associations sportives. C’est un choix politique. C’est une orientation dans la fabrique de la Ville qui trouve des conséquences dans toutes les politiques municipales. C’est le choix de Paris :

Dans les aménagements urbains en y intégrant de l’espace public favorable au sport.

Dans la politique éducative en laissant une large place au sport dans les activités périscolaires.

Dans la politique environnementale en rendant un air plus respirable pour celles et ceux qui y pratiquent du sport. Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 porteront fièrement cette énergie nouvelle en se faisant le catalyseur de cette ambition.

Dans ce plan « Paris + sportive », nous avons fait le choix de nous concentrer sur la pratique amateur, le sport pour tous et le sport libre. Le sport professionnel et les grands événements sportifs seront traités dans un autre document.

En outre, derrière ces principes généraux se cache une réalité sportive aux multiples facettes : de la pratique scolaire obligatoire à la course à pied libre, du sport collectif en club fédéral à la gym douce de prévention santé, du sport affinitaire à la compétition de haut niveau. Tous concourent au bien-être des Parisiens et au bien-être de Paris. Nous devons prendre soin de chacun.

Anne Hidalgo
Maire de Paris

 L’Association International des Maires Francophones

L’AIMF est le réseau mondial des élus locaux francophones.
Ensemble, ils nourrissent la vision d’une ville de demain porteuse d’une croissance durable et partagée, qui place l’homme au cœur du projet urbain. Ils développement une nouvelle forme de coopération qui combine une réflexion commune au plus haut niveau et une action de terrain qui donne la priorité à l’innovation et à l’expertise locale..

Articles à la Une