Les villes japonaises contribuent à la confection des médailles des JO 2020

Le 24 juillet, le comité olympique nippon a dévoilé sur son site le design des trois médailles d’or, d’argent et de bronze, ainsi que le ruban pour les suspendre et l’étui pour les ranger.

Mais si ces médailles font parler d’elles, ce n’est pas tant pour leur look. C’est avant tout la manière dont elles vont être fabriquées — leur production va démarrer maintenant que leur aspect a été validé. En effet, les métaux qui vont être employés sont en fait issus d’une immense opération de collecte de smartphones lancée au Japon il y a quatre ans, dans une logique de développement durable.

En trois ans, le vaste plan de recyclage pour extraire l’or, l’argent, l’étain et le cuivre a permis de récolter 32 kg d’or, 3,5 tonnes d’argent et 2,2 tonnes de cuivre et d’étain. Il a fallu s’appuyer sur divers points de collecte dans tout le Japon. 1 621 municipalités sur les 1 741 que compte le pays (soit plus de 90 %) ont ainsi participé au projet.

Pas moins de 78 985 tonnes de smartphones et autres petits gadgets électroniques ont ainsi été récupérés de cette façon. En parallèle, l’opérateur japonais NTT DoCoMo et collecté au cours des trois dernières années pas moins de 6,21 millions de smartphones usagés.

L’or, l’argent, le cuivre et l’étain sont utilisés en quantité infinitésimale dans les appareils électroniques. Dans un smartphone, on trouve par exemple entre 30 et 300 milligrammes d’or et d’argent. D’où la nécessité de récupérer énormément de produits pour atteindre les seuils nécessaires à la production des médailles.

Ces ressources doivent permettre de produire environ 5 000 médailles pour les Jeux Olympiques et Paralympiques.

Crédit photo: The Tokyo Organising Committee
Le design des trois médailles. // Source : The Tokyo Organising Committee
La médaille d’or. // Source : The Tokyo Organising Committee

Recommended Posts