Djibouti et le rêve olympique !

En l’espace de 20 ans, Djibouti, pays d’un million d’habitants, a fait face à bien des crises majeures. Toutes ces crises n’ont pas empêché les djiboutiens de rêver d’une nouvelle médaille olympique, rêve qu’il poursuivent depuis 31 ans.
Le sport à Djibouti, comme dans bien des pays, est une sorte d’évasion pour les jeunes. Surtout pour ceux qui rêvent de gloire olympique.
Actuellement, Djibouti compte près de 1000 sportifs, très proche d’un pays comme la Tunisie qui compte 1500 licenciés sur une population qui représente11 fois celle de Djibouti). Le tiers des licenciés sont en athlétisme ce qui reflète la popularité de ce sport à Djibouti.
Bien que Djibouti ait offert à l’Afrique quelques médailles et records du monde, le rêve pour l’or olympique est remarquable. Ce pays n’a eu qu’une seule médaille de bronze aux Jeux de Séoul en 1988 grâce au marathonien Hussein Ahmed Salah.
Le ministère des sports consacre chaque année un budget de 2,5 millions d’euros à l’athlétisme, le plus gros budget parmi tous les sports du pays, y compris le football. Par ailleurs, la fédération djiboutienne d’athlétisme a conclu un accord avec son géant voisin de la discipline, l’Ethiopie, concernant l’échange d’expériences et de jeunes athlètes.
D’autre part, les villes, notamment la capitale, tendent à promouvoir la pratique de plusieurs disciplines sportives, y compris l’athlétisme, en renforçant les clubs locaux sur le plan logistique et financier.
La structuration de l’athlétisme à Djibouti va bientôt porter ses fruits car ce pays a de grands talents dans différentes disciplines, notamment la course. L’or olympique pour Djibouti est un objectif et pas seulement un rêve.

Ayanleh Souleiman lors des mondiaux en salle 2016.

Recommended Posts