Liege, son bourgmestre et l’Euro de foot.

Pour le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, l’Euro suscite de l’enthousiasme « parce que c’est la fête », et de l’autre l’obligation de rester vigilants compte tenu du contexte sanitaire. « Nous devons veiller à l’ordre public et à cet égard dans les espaces publics comme la place Saint Lambert, il n’y a pas d’écran géant puisque nous considérons que c’est un endroit difficile à gérer et où il est difficile d’appliquer les dispositions relatives à la crise sanitaire ».

Mais il demeure que dans des établissements  HoReCa (Hôtels, Restaurants, Cafés) en respectant toutes les règles dictées par le comité de concertation, « on applique un protocole en demandant aux gens de ne pas s’agglutiner debout ». Dans des espaces privés où les règles de HoReCa prévalent, « nous avons des endroits privés, fermés et non visibles de l’extérieur où l’on peut avoir 400 personnes maximum assises par table de 4. On a une dizaine de demandes dans ce sens-là », précise le bourgmestre. Avant d’ajouter: « On peut aussi être 200 debout mais dans ce cas on ne peut pas servir à boire ». 

Il semble cependant difficile de multiplier les contrôles de police afin de s’assurer que les règles soient bien respectées. On imagine mal des policiers rappeler à l’ordre des Belges qui se seraient levés après un but des Diables Rouges… Willy Demeyer affirme que les forces de l’ordre font du mieux qu’elles peuvent pour que l’on vive cette compétition sportive tout en veillant à la sécurité de tous. « Les circulaires  incitent à être plutôt bon enfant ». À Liège, le port du masque reste obligatoire dans les rues commerçantes, comme cela est de vigueur depuis de nombreux mois. 

Recommended Posts