Entreprenariat sportif : un exemple de Ouagadougou

De commerçant ambulant, Daouda Dianda, promoteur de Diand’c sport, est devenu une référence dans le monde de la fabrication de vêtements sportifs.

Son Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), il réussit avec brio en 2013, au concours des Volontaires adjoints de sécurité (VADS) il a été chargé de confectionner les tenues de sports pour de ses collègues policiers. L’engouement autour de ses articles l’a motivé à créer son entreprise en 2016 sous le nom de Diand’c sport.

Il a un autre atout : son père est lui aussi couturier. « Je côtoyais les machines à mon jeune âge », se souvient Dianda.

Pendant qu’il était VADS, il mettait à profit son temps de repos, pour créer sur sa machine à coudre. Avec un employé au départ, Dianda’c sport emploie aujourd’hui dix personnes qui confectionnent soixante à quatre-vingts tenues par jour.

Ses clients attitrés sont des promoteurs de Maracana pendant les périodes de vacances. En plus de Ouagadougou, la maison a des représentants dans certaines villes du pays comme Kaya, Fada, Tenkodogo et bientôt Gaoua.

So rêve, habiller l’équipe nationale de football burkinabè, les Etalons.

Lefaso.net Serge IkA Ki
Lawasselea Paré

Recommended Posts